Eau Mage No Sens / 2015

 

 

Dans cette pièce, on saisi des instants de vie pour les propulser dans le moment présent.

 

Une association complexe et souvent contradictoire d’actions corporelles et de mot dotés d’une signification sociale.

 

Procédés pour provoquer chez les spectateurs la reconnaissance de situations quotidiennes en effet miroir.

 

L’origine du travail se situe dans des émotions et des sensations vécues et non dans un code extérieur aussi bien le tragique que le comique et de sortir d’une représentation lisse.


 

 

Dossier de présentation :

_______________________________________________________________________________________________________________________________


Dossier de presentation
2 Mo
Dossier_de_presentation.pdf

Crédits photos Laury Antignac et Geneviève Mora

Et puis là Pina ... /2014

 

 

Et maintenant, c’est quoi la loi ? La loi, c’est quoi la loi ? Les trois choses ?

Oh, vous avez encore oublié !  

La première chose, c’est quoi la première ?

Sentir les fleurs, c’est ça !

Et la deuxième, c’est quoi la deuxième ?

La deuxième c’est... la joie !!!

Beaucoup de joie !

La joie fait de la place et nous avons besoin de beaucoup beaucoup de place... 

Et c’est quoi...c’est quoi la troisième ?

La troisième c’est...tout d’en haut, entre les deux incisives.

Oui c’est ça !

 

 

 

 

 

 

______________________________________________________________________________

Crédits photos Romain Mancini

Un baiser / 2014

 

 

 

La performance traite sur le souffle, l’espoir, l’amour. Texte poétique et humoristique, du souffle d’un baiser à une plaque de glace brisé. Témoignage de la disponibilité à l’écoute.

 

 



 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________________________________


Crédits photos : Valérie Charrier

Crédit photo : Gérald G.

Cass / 2013


Pièce issue d’une nouvelle des contes de la folie ordinaire de Charles Bukowski

Textes extraits du film «Conte de la folie ordinaire» de Marco Ferreri et de la nouvelle «La plus jolie fille de la ville» faisant partie des «Contes de la folie ordinaire» de Charles Bukowski, édité par City Lights Publishers, traduction Angéla Convers, et par Editions Livre de Poche.


La dramaturgie se construit en alternance entre théâtre et séquences dansées déployant la fantasmagorie du texte dans la présence des corps.

Ce spectacle offre une spacialisation et une argumentation de l’univers littéraire de Charles Bukowski.
Membre phare de la "Beat Generation", son mode d’écriture dite «proche de l’os», s’attache à rapprocher l’art et la vie de la contre-culture américaine des années 70. Il résonne encore aujourd’hui dans sa faculté à sublimer les destins les plus banals, et à faire de tous ces personnages rencontrés les héros de leurs petites mais si intenses vies.

 


________________________________________________________________________________________________________________

Crédit photo : Cédric Matet

Woolf /2013

 

 

 

Essai cinématographique

Cinéma ouvert; performance.

«De la maladie» écrit par Virginia Woolf paru aux éditions Payot et Rivages.


Cet essai cinématographique détermine des techniques de dramaturgie liées au ralentissement, à l‘étirement du temps et à des équivalents du procédé cinématographique de l’arrêt sur image. Recentrer notre attention sur le mouvement calme, en contraste avec les troubles que connaît le monde. Ce documentaire opte pour un rappel d’images traditionnelles de la beauté du sensible et de l'invisible.

 

On a besoin de calme et de concentration à une époque comme celle que l’on vie.

Nous cherchons dans ce film à livrer le parfum des mots de Virginia Woolf.

Puissent-ils distiller leur saveur. Car, si nous finissons par en saisir la signification, celle-ci s’avèrera d’autant plus riche qu’elle nous sera parvenue d’abord par la voie des sens, celles du palais et des narines, telles une odeur intrigante.

 

_________________________________________________________________________________________________________________________________

Tableau : Geneviève Mora


Baubô / 2013

 

 

Cette pièce est un voyage hors du temps conçu pour faire vibrer l’inconscient. Qu’elle soit pour vous un talisman bienveillant, un baume, un ravissement pour vos existences


Texte extrait :

W.Whitman «Feuilles d’herbe» 

Jacqueline Kelen «Marie-Madeleine, un amour infini».

 

"Un enfant dit : L'herbe, c'est quoi ?"en m'en apportant à pleines mains"

Walt Whitman

 

 

 

 


 

 

 

 

 

_______________________________________________________________________________________________________

 

 

 













 

 

 

 

 


 © 2015 Whisper Dance Theater (WDT)

Crédit photo Cédric Matet